Onlay / Inlay : mini-prothèses invisibles

Une mauvaise hygiène bucco-dentaire, une petite fissure ou des caries récurrentes peuvent abîmer vos dents… Des prothèses dentaires permettent alors au dentiste de les restaurer. Disgracieux et controversés, les plombages sont aujourd’hui délaissés au profit d’obturations plus modernes et méconnues du public : les onlays et les inlays.

 

Solution fiable et ergonomique

L’inlay et l’onlay sont des mini-prothèses dont les matériaux peuvent être choisis par le patient : métal, céramique… La prothèse céramique présente l’avantage d’être invisible : sa couleur se calque exactement sur la teinte de la dent.

L’inlay permet de reconstruire une partie interne de la dent. Quant à l’onlay, il se superpose directement sur elle, permettant ainsi d’en remplacer une partie extérieure.

Ces deux obturations présentent une très bonne résistance mécanique et s’adaptent parfaitement à la mâchoire du patient. Ils évitent ainsi l’apparition de nouvelles affections dentaires, émergeant parfois sous les plombages vieillissants, délabrés par le temps.

 

Deux étapes à prévoir

Pour la pose d’un inlay ou d’un onlay, les soins se font généralement en deux séances.

Lors d’une première séance, le dentiste soigne le problème en surface et prend l’empreinte de la dent. Si vous acceptez le devis qui vous est proposé, celui-ci est envoyé au prothésiste, chargé de fabriquer la prothèse adaptée.

Quelques jours plus tard, lors d’une deuxième séance, le chirurgien dentiste procède à la pose de l’inlay (dans la dent) ou de l’onlay (sur la dent).

 

Remboursement variable

Pour la pose d’un inlay ou d’un onlay, il faudra compter entre 200 et 400 €.

La Sécurité Sociale ne rembourse pas la totalité de ce prix, mais la plupart des mutuelles (complémentaires santés) prennent en charge tout ou partie des soins.

Avant le début des soins, n’hésitez pas à contacter votre mutuelle : vous connaîtrez ainsi précisément la part qui vous est remboursée, et celle qui reste à votre charge !