L’inlay-core vous évite l’extraction dentaire

Abîmée, fracturée ou trop cariée, votre dent ne peut être restaurée ni même supporter la pose d’une couronne ? Nul besoin de l’extraire pour autant ! Le chirurgien dentiste utilisera simplement une autre prothèse, l’inlay-core, pour consolider la dent et fixer la couronne.

 

Un tenon et un moignon

L’inlay-core est une prothèse métallique, également dénommée « dent sur pivot » ou « faux moignon ». Il est composé de deux parties : un tenon, et un moignon.

– Le tenon est inséré dans le canal radiculaire de la racine de la dent délabrée.

Il se peut que la dent possède plusieurs racines : on parle de dent pluriradiculée. Pour plus de solidité, le chirurgien dentiste pose alors autant de tenons qu’il y a de racines. Et lorsque ces racines ne sont pas parallèles, le praticien sécurise l’ancrage des tenons à l’aide d’un système de verrouillage métallique appelé inlay-core à clavette.

– Le moignon est la partie visible de l’inlay-core. Il sert de support à la fixation d’une couronne dentaire.

 

Deux méthodes de fabrication

Pour fabriquer l’inlay-core, deux méthodes sont possibles.

Selon la méthode directe, le dentiste réalise, in situ, une maquette du futur inlay-core, à l’aide de résine dentaire calcinable. La maquette est ensuite envoyée au prothésiste, qui coulera l’inlay-core en métal. Cette méthode offre une grande qualité de précision des dimensions de la prothèse.

Selon la méthode indirecte, le dentiste réalise une empreinte en silicone. Celle-ci est ensuite envoyée au prothésiste, qui réalise une maquette en cire avant de couler l’inlay-core en métal.

 

Faible prise en charge

Selon les devis, le prix de l’inlay-core varie de 250 € à plus de 700 €.

Le régime de base de la sécurité sociale ne le rembourse qu’à hauteur de 85,78 euros, mais renseignez-vous auprès de votre mutuelle : certaines d’entre elles proposent de bons compléments !