Dents de sagesse : pourquoi les retirer ?

Elles sont visibles à la radio dès la préadolescence. Mais il faudra attendre d’avoir 17 ou 18 ans pour que leurs racines soient entières. Les dents de sagesse font leur apparition bien plus tard que le reste de la dentition… Et entraînent souvent leur lot de désagréments : douleurs, infections, chevauchement avec d’autres molaires, perturbation de l’alignement… Résultat, elles doivent souvent être arrachées !

 

Préserver la dentition

L’extraction des dents de sagesse n’est pas systématique.

Celles-ci sont retirées lorsque des radios indiquent qu’elles sortiront de travers et qu’elles risquent d’endommager la dentition, notamment après un traitement orthodontique, dont les résultats risqueraient d’être mis à mal. Même bien positionnées, les dents de sagesse peuvent poser problème dans le cas d’un manque de place. En poussant, elles pourraient alors entraîner un déplacement des dents voisines et bousculer l’ensemble de la dentition.

Les dents de sagesses qui s’infectent ou qui provoquent des inflammations de tissus à répétition – entraînant des douleurs ou sensations de gêne désagréables – seront également retirées.

 

Plusieurs interventions possibles

La « germectomie » consiste à retirer la dent de sagesse alors qu’elle n’est qu’à l’état de « germe », c’est-à-dire avant qu’elle soit complètement formée. Dans d’autres cas, les dents seront retirées une fois sorties. L’intervention peut se faire sous anesthésie générale, mais l’anesthésie locale ou régionale est désormais privilégiée, quitte à la pratiquer en plusieurs fois lorsque les 4 dents doivent être retirées.

Des douleurs post-opératoires se font généralement sentir dans les jours qui suivent. Le patient est amené à consommer liquide et à réaliser des bains de bouche. Un œdème des joues est également souvent observé: ce sont les fameuses « joues de hamster »!