Blanchir ses dents soi-même : quels risques? quels effets?

Vous êtes un adepte du café-clope, faites parfois l’impasse sur le brossage des dents ou buvez du thé à longueur de journée ? A chaque mauvaise habitude correspond son lot de désagréments… Dans votre cas, ce sont vos dents qui perdent en blancheur. Vous souhaiteriez y remédier par vous-même, mais pas n’importe comment, et vous hésitez à franchir le pas ? Les réponses aux questions qui vous font hésiter.

 

Quels sont les risques du blanchiment pour la santé ?

A ce jour, aucune étude scientifique ne démontre un danger quelconque pour la santé.

Tous les produits d’éclaircissement des dents contiennent de l’eau oxygénée, c’est-à-dire du peroxyde d’hydrogène. Mais si la concentration peut atteindre 6% dans les produits utilisés par les dentistes, la réglementation française limite cette concentration à 0,1% dans les produits en vente libre. Ce qui réduit les risques potentiels, mais également l’efficacité du produit, sans pour autant la réduire à néant.

 

Y a-t-il toutefois des contre-indications ?

Le blanchiment est déconseillé aux femmes enceintes, et aux mineurs, dont les tissus dentaires ne sont pas matures. Il risquerait d’endommager la dentition encore en formation. Le blanchiment réalisé sur une dent cariée peut, par ailleurs, entraîner une dévitalisation de la dent. En cas de gingivite, il peut aussi aggraver l’inflammation. Mieux vaut donc consulter un dentiste pour un bilan dentaire avant de recourir au blanchiment.

 

Le dentifrice « blancheur » est-il efficace ?

Si le nom est très prometteur… il relève surtout d’un concept marketing ! Mais à défaut d’éclaircir réellement l’émail de vos dents, le dentifrice « blancheur » pourra en estomper les tâches, causées par les colorants présents dans certains aliments comme le thé, le café ou le tabac. Le dentifrice « blancheur » est en effet plus riche en bicarbonate et en silice que ses concurrents. Ces ingrédients ont pour effet de polir les dents.